2018 : Le ministre de l’Environnement octroie une prime pour l’achat d’un véhicule d’occasion propre

    rénovation du parc automobile français dès l’année 2018

    Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, propose d’octroyer une prime pour l’achat d’un véhicule d’occasion afin de sensibiliser les ménages à se séparer de leurs modèles polluants.

    Nicolas Hulot a émis le souhait d’interdire la vente des véhicules diesel et essence, et le plus tôt serait le mieux selon lui. Il l’a mentionné dans son « plan climat » le 6 juillet 2017. Pourtant, il ne tiendra peut-être plus sa fonction de ministre en 2040, l’année où est prévue l’effectivité de cette démarche. Par contre, il sera bien là l’année prochaine pour proposer la prime aux ménages, lesquels décident de se débarrasser de leurs véhicules les plus polluants pour les changer en voitures d’occasion. Cette décision, encore à l’état de réflexion en haut lieu, entre dans le cadre d’un projet d’ « assainissement du parc automobile français ».

    Apporter des changements en 15 ans

    Selon le ministre, cette prime « va donner la possibilité d’acheter un véhicule d’occasion, car tout le monde n’aura pas la possibilité dans l’immédiat de s’acheter un véhicule neuf ». Celle-ci va ainsi être inscrite dans le projet de loi de finances pour l’année 2018, année de sa mise en exécution selon ses propos sur RTL. A lui encore de marteler que ce projet est d’une grande importance et de rajouter que « ce qu’il faut, c’est que dans 15 ans le parc soit totalement rénové ». Outre l’aspect économique, écologique et toute autre forme de protection de l’environnement, « c’est un enjeu de santé publique » également. Pour l’heure, le montant de la prime n’a pas encore été précisé. Toutefois, seront ses bénéficiaires tous les propriétaires de véhicules diesel datant d’avant l’année 1997, ou de véhicules essences datant d’avant 2001 et qui achètent un autre modèle de voiture d’occasion ou plus propre.

    « 1000 euros », la prime citée dans la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron

    Actuellement, les primes ne s’adressent encore qu’aux consommateurs de voitures neuves. Elles s’élèvent à près de 6000 euros pour un véhicule électrique acheté par un ménage, additionnées de 4000 euros pour le remplacement d’une voiture diesel datant d’avant le 1er janvier 2006. Pour l’achat d’une voiture hybride rechargeable neuve, la prime est de 1000 euros, avec un bonus de 2500 euros pour le remplacement d’un véhicule diesel datant d’avant 2006. Pour sa part, le Président actuel, Emmanuel Macron, lors de sa campagne, n’avait émit aucune objection à l’octroi d’une prime de 1000 euros également pour l’achat d’une voiture hybride ou électrique, d’occasion ou neuf, visant à remplacer une vielle voiture diesel.

    Un parc automobile rénové : voitures hybrides, à hydrogène et électriques

    Selon le ministre, le futur est « une révolution en marche » qui nécessite quelques ajustements et directions précises. « Une fois que les horizons sont fixés, les choses peuvent aller beaucoup plus vite à partir du moment où on sait qu’il n’y aura pas de dérogation et qu’on ne reviendra plus en arrière ». Ainsi, le futur par automobile français comprendra des voitures hybrides et électriques. Par contre, il spécifique que l’ « on a sous-estimé la part de l’hydrogène dans la mobilité douce, pour les voitures, mais aussi pour les camions, et peut-être pour les navires et le transport aérien à terme ».

    Apropos de l'auteur