on

    Les aides pour l’achat d’un nouveau véhicule en 2019

    Les aides pour l’achat d’un nouveau véhicule en 2019

    Acheter une voiture n’est pas n’importe quel investissement, car c’est un grand pas dans la vie. Le gouvernement se donne alors pour mission de soutenir les citoyens dans cette perspective. Nous allons alors vous développer les aides, les primes et les subventions qui s’annoncent pour l’année 2019. Il faut noter bien évidemment qu’elles peuvent varier en fonction de la région.

    Le bonus écologique pour les voitures électriques

    C’est un bonus qui a été érigé dans le but de pousser les conducteurs à prendre des décisions qui s’orientent davantage vers le respect de l’environnement. on n’annonce pas vraiment un grand changement pour celui-ci. Les conditions sont les mêmes pour le montant fixé à 6000 euros et pour les modèles de voitures concernés, qui sont exclusivement les véhicules électriques.

    Le principe est le suivant : si un citoyen qui souhaite s’offrir une voiture se tourne vers un modèle électrique, dans ce cas, l’Etat Français verse une aide de 6000 euros. Le véhicule doit être à 100 % électrique, qui rejette en moyenne 0 à 20 g tous les kilomètres. Il peut être doté d’un prolongateur d’autonomie ou pas.

    Par ailleurs, au niveau local, certaines communes ont pris la décision de pousser davantage cette initiative. Par exemple, dans la Commune des Bouches-du-Rhône, un bonus supplémentaire de 5000 euros sera accordé à plus de 1000 habitants qui auront décidé de s’offrir un véhicule électrique. C’est une pratique qui a été concrétisée depuis cette année et qui sera reprise l’an prochain.

    La prime à la conversion

    C’est une nouvelle formule, mais qui est véritablement très appréciée ? Au tout début, l’Etat avait prévu d’accorder 100 000 primes. Seulement, aujourd’hui, finalement, l’Etat a versé 250 000 primes pour l’année 2018. C’est une pratique qui sera également reprise en 2019 et mieux encore, elle sera davantage renforcée.

    De nouveaux dispositifs bien entendu vont être mis en place, par exemple une aide beaucoup plus élevée pour les citoyens qui vont acheter un hybride rechargeable. Et si le foyer est modeste, la prime sera doublée.

    Pour les foyers imposables, la prime sera de 1000 à 2500 euros en fonction du modèle choisi. Le principe est le suivant : les voitures à modèle diesel qui datent de 2001 et celles à essence de moins de 1997 devront être conduites à la casse.

    Pour les foyers non imposables, la prime peut aller entre 2000 et 2500 euros. Pour ces ménages, ils seront obligés d’envoyer à la casse les véhicules diesel d’avant 2006 et les véhicules essence d’avant 1997.

    Pour les foyers qui sont très modestes, la prime peut aller jusqu’à 5000 euros pour une voiture électrique.

    Le carburant Kit E85

    Cette fois-ci, il s’agit d’une aide qui est opérée à l’échelle régionale. En principe, le gouvernement n’a pas établi de principe d’aide pour les Français qui auront décidé de modifier et de se tourner vers le carburant E85. Et pourtant, les données actuelles révèlent que plus on consomme du E85, moins on rejette du CO2. En plus, en termes de prix, l’E85 est carrément moins chère, le litre est vendu à seulement 70 centimes.

    Alors si l’Etat central n’a rien prévu, ce n’est pas le cas pour les Régions qui décident de prendre les choses en main. Des aides seront donc proposées, cette fois-ci à l’échelle locale. En principe, aucune disposition expresse n’a encore été prise ni encore mise en place dans cet angle. Mais on ne peut qu’annoncer une belle surprise. Le Kit E85 est en plein objet d’étude dans les différentes régions, chacune, bien évidemment va proposer une perspective qui peut être différente.

    Le Malus : la perspective d’une réduction

    Depuis plusieurs années déjà, nous avons pu remarquer que les véhicules familiaux ont toujours été frappés par un fort Malus. La raison en est simple, ils sont réputés pour rejeter d’importantes quantités de C02. Ce qui engendre dans la pratique une pénalisation des foyers modestes. Pour essayer d’y remédier, l’Etat a donc décidé d’opérer certaines alternatives à cet égard. Elles ont déjà commencé à être appliquées l’année 2018, mais elles devraient également être reconduites en 2019.

    Ainsi, tout d’abord, le taux de C02 émis par les véhicules a été réduit à 20g par kilomètre, par enfant à charge du foyer acquéreur. Le principe joue à partir du 3ème enfant de la famille.

    Ensuite, une exemption totale sera accordée pour les véhicules immatriculés et catégorisés dans le genre « Véhicule automoteur spécialisé » ou encore « handicapé ». De même, l’exemption sera appliquée pour les acquéreurs qui sont titulaires ou qui ont à leur charge une personne qui est titulaire d’une carte d’invalidité.

    Et enfin, le taux d’abattement a également été révisé dans certaines conditions. Dès lors, l’abattement de 40 % du taux de CO² sera fixé pour toutes les voitures qui sont homologuées E85.

    La surprime des constructeurs et le crédit à taux réduit

    Pour cette dernière alternative, elle est encore en ce moment sujette à discussion. On envisage dans ce cadre à booster également les constructeurs à proposer une prime à la casse supplémentaire, à côté de celle qu’offre l’Etat. C’est une nouvelle forme d’aide qui est mise à discussion depuis seulement quelques semaines. La question est encore actuellement sur table, rien n’a encore été fait. Le principal problème reste le fait de trouver un accord entre les marques et notamment de leur imposer une règlementation commune. Bien évidemment, certaines marques ont quand même déjà entamé cette initiative.

    Les banques ont également été sollicitées par le Gouvernement. Pour cela, une révision à la baisse de leur taux de crédit leur est demandée. Pour aider les ménages qui sont modestes en effet, pour qu’il puisse changer de véhicule à temps et selon les normes, la réduction des taux de crédit auto au plus bas serait un grand coup de pouce.

    Dans tous les cas, quelle que soit la forme d’aide sollicitée, elle peut prendre une autre forme en fonction de la région et du profil de l’acheteur.

    Apropos de l'auteur